Une marathonienne pour le français

La conseillère d’Etat thurgovienne Monika Knill a «sauvé» la langue française à l’école primaire. Portrait.
Dans son canton de Thurgovie DR
Instruction publique 

Sans elle, le français aurait disparu des horaires de l’école primaire. Sans elle, le Conseil fédéral aurait vraisemblablement mis à exécution sa menace de bousculer la répartition traditionnelle des compétences entre la Confédération et les cantons. Sans elle, de nombreux Romands auraient probablement conspué son canton, la Thurgovie. Mais Monika Knill, conseillère d’Etat et ministre de l’Instruction publique depuis neuf ans, a «sauvé» la paix des langues. A la mi-juin,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion