Économie

«Vouloir interdire est naïf»

Le darknet est certes un repaire de trafiquants, mais aussi un espace de liberté. Entretien avec le journaliste d'investigation Otto Hostettler.
«Cocaïne DR
Internet

Au moins 500 fois plus grand que le World Wide Web: c’est, selon des estimations, le volume de la partie invisible d’internet, celle à laquelle les moteurs de recherche tels que Google n’ont pas accès. Elle fait l’objet de nombreux mythes et surtout d’une grande méconnaissance, selon le journaliste d’investigation Otto Hostettler, qui vient de publier un livre à ce sujet. Explications. Le darknet passe pour être un repaire de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion