Scène

Karim Bel Kacem dans le brasier des cités

Le jeune metteur en scène et comédien français nous plonge dans les HLM de son enfance avec 23 rue Couperin. Apre et visuellement stupéfiant.
Un décor de banlieue en Kapla. ISABELLE MEISTER
Genève

Il n’y a pas âme qui vive sur la scène du théâtre, observée depuis les marches de la salle par un homme-pigeon (Karim Bel Kacem). On l’entend indéfectiblement roucouler, spectateur de l’effroi et d’un quotidien-piège pour bien des Français relégués et parqués dans les «quartiers». Le feu crépite, les sirènes hurlent et l’on imagine des gyrophares figurés par la sculpture lumineuse de Jonathan O’Hear, omniprésente sur le plateau de Saint-Gervais.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion