Genève

Licencié, un ouvrier est réintégré

Mise sous pression par le syndicat SIT, une entreprise du second œuvre accepte de négocier.
Ce n’est pas la première fois que le SIT se retrouve confronté à cette société (photo prétexte). JPDS
Genève

Une fois n’est pas coutume, voilà une histoire qui se termine par un happy end. Licencié fin avril, un peintre en bâtiment sans papiers a été réengagé hier après-midi par son entreprise à la suite de l’intervention du syndicat SIT. Récit. Stefan (prénom fictif) travaillait depuis dix ans dans cette entreprise de peinture genevoise lorsqu’il a été congédié. Le motif? Défaut de permis de séjour. «Il n’y a jamais eu

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion