Actualité

Désillusions d’un archéologue suisse

Les destructions du site de Palmyre ont anéanti tout un travail de fouilles et de restauration helvétique.
Détruit à l’explosif en août 2015 par Daech DR
Syrie

En mars dernier, le régime syrien a repris pour la seconde fois le site de Palmyre aux djihadistes, constatant de nouveaux dégâts sur la «perle du désert». Alors que l’an dernier, la direction générale des Antiquités de Syrie affirmait encore pouvoir reconstruire le site en cinq ans, les archéologues occidentaux s’entendent pour dire aujourd’hui que plusieurs monuments emblématiques sont irrémédiablement perdus. C’est le cas en particulier du temple de Baalshamîn,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion