Scène

La jeune fille aux orties ou le don de soi

 Aux Marionnettes de Genève, Michele Millner ajoute grotesque et piquant au conte d’Andersen Les Cygnes sauvages.
Zoé Sjollema manipule Elisa. Carole Parodi
Théâtre

Les Cygnes sauvages d’Andersen est une parabole de l’abnégation et du don de soi, propre d’un temps où l’humanité d’après la chute se souvient encore de son enfance. Onze petits princes sont changés en cygnes par leur méchante belle-mère. Pour les délivrer, la jeune Elisa, leur sœur, fait vœu de silence, le temps de tisser onze chemises en toile d’orties, qu’elle cueille, broie et file à mains nues. Accusée de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion