Neuchâtel

Crise industrielle plutôt qu’horlogère

La crise qui frappe l’horlogerie depuis 2015 grippe l’ensemble de la mécanique cantonale.
Photo prétexte. Pixabay / public domain
Neuchâtel

Impossible de ne pas évoquer l’horlogerie lorsqu’on parle de travail à Neuchâtel. Le secteur, véritable symbole de l’identité cantonale, pèse encore 20% du PIB et près de 50% des emplois dans l’industrie. La crise qui frappe l’horlogerie depuis 2015 grippe donc l’ensemble de la mécanique cantonale. Lors de la présentation des mauvais comptes de Neuchâtel, le conseiller d’Etat Jean-Nat Karakash s’est interrogé sur «le positionnement économique du canton et sa

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion