Vaud

La forte tête redoutée est de retour

Portraits de candidats (8/8). Cesla Amarelle a pour mission de conserver le troisième siège socialiste du Conseil d’Etat vaudois.
Cesla Amarelle fait siennes les rengaines officielles du Conseil d’Etat sur la méthode du «compromis dynamique» WIKIPEDIA/CC/J.-B-SIEBER
Elections cantonales vaudoises

La dernière fois qu’un prof d’Uni a essayé d’entrer au Conseil d’Etat, c’était le radical Jean-Christian Lambelet en 1996. Sans succès. Aujourd’hui, la socialiste Cesla Amarelle brigue à son tour un siège au Gouvernement vaudois. Cette comparaison trouve vite ses limites. En 20 ans, la situation politique a changé du tout au tout. Le canton est passé d’une crise économique et politique profonde à un calme plat confortable et prospère.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion