Autre

Sans grande pompe

Denis Maillefer, metteur en scène et futur codirecteur de la Comédie de Genève, s’est plongé dans le labeur des travailleurs de la mort pour écrire Mourir, dormir, rêver peut-être.
«Denis Maillefer possède une force tranquille FABIENNE DEGOUMOIS
Théâtre

Aborder le côté trivial de la mort au théâtre lui trottait dans la tête depuis un moment. D’autant plus après la série Six Feet under ou Levées de corps, livre-enquête photographique de Thierry Mertenat et Steeve Iuncker. Le hasard a voulu que Denis Maillefer entre en contact avec une petite entreprise de pompes funèbres à Vevey, dans laquelle il a effectué une sorte de stage. «Ils m’appelaient de temps en

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion