Livres

L’écho des Syrtes

Roman

Après Les Pages roses, La Belle mauve et L’Amer orange, l’écrivain Teodoro Gilabert rompt avec la série chromatique. Il publie un roman dont le titre sonne tel un manifeste: Je transgresserai les frontières. L’annonce ne leurre pas, puisque le romancier prend plaisir à faire écho au Rivage des Syrtes, un célèbre ouvrage de Julien Gracq paru en 1951. Six décennies après Gracq, l’un des personnages de l’opus de Gilabert s’appelle

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion