Cinéma

Le septième art, tout un poème

Pour sa deuxième édition, le Printemps de la poésie lève le nez de ses bouquins et interroge le cinéma.
Dans «The Tree of Life» (2011) DR
Débat

Les réalisateurs seraient-ils des poètes qui s’ignorent? On se pose la question en découvrant la belle affiche du Printemps de la poésie, ce festival déployé un peu partout en Suisse romande depuis lundi et jusqu’au 25 mars. Car entre ces dizaines d’événements consacrés aux belles-lettres se cachent quelques soirées dédiées au cinéma. Des projections prolongées de tables rondes, dont les intervenants suggéreront quelques connivences entre ces pratiques artistiques qui, toutes deux,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion