Scène

Un pas vers la coexistence

We Love Arabs de l’Israélien Hillel Kogan ouvre les Printemps de Sévelin à Lausanne. Une histoire tordante de réconciliation par le geste chorégraphique.
Hillel Kogan et Adi Boutrous interrogent la notion d’espace et d’altérité. GADI DAGON
Danse

A l’heure où les murs s’érigent pour délimiter les frontières et où les ingérences se perpétuent dans les territoires, il est de bon ton que l’art chorégraphique se mêle de nos liens sociétaux et a fortiori de nos politiques mondiales. Mettre un danseur israélien sur un plateau en face d’un danseur arabe est déjà en soi un acte fort. Le duo de We Love Arabs, non sans rappeler que le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion