Arts plastiques

L’art maison de Tarik Hayward

Matières pauvres, ruines sans passé ou tableaux à l’huile de friture: le lauréat du prix lausannois Accrochage imagine son art dans le chantier de la demeure qu’il se construit.
Le plasticien aux manettes d’une pelleteuse TARIK HAYWARD
Portrait

Au Musée cantonal des beaux-arts, ses œuvres rappellent les tableaux bicolores de l’expressionniste abstrait Mark Rothko. Mais aussi la vidange ratée d’un semi-remorque, ou les frites de midi qu’on peine à digérer. Car c’est de l’huile usagée qui donne leurs tonalités aux neuf doubles plaques de verre de l’exposition «Neutral Density». Le plasticien lausannois Tarik Hayward a glissé le liquide visqueux dans l’interstice entre les épaisses vitres, après s’être servi

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion