Actualité

Podemos: survivre aux maladies de jeunesse

En congrès ce week-end à Madrid, le trublion de la vie politique espagnole doit démêler querelles de personnes et options stratégiques. Podemos doit-il radicaliser son discours ou au contraire arrondir les angles, pour espérer influer sur la vie des gens? Notre analyse.
Pour le courant pabliste de Pablo Iglesias FLICKR/AHORA MADRID
Espagne

Trois ans d’existence et déjà à la croisée des chemins? Le mouvement Podemos, qui bouscule le panorama politique espagnol depuis 2014, affronte son second «congrès», ou Assemblée citoyenne, ce week-end à Madrid, dans une situation paradoxale de crise. Troisième parti aux Chambres, second dans les sondages où il est crédité de 22% (trois à quatre points devant le Parti socialiste, PSOE), le tout jeune mouvement de gauche vit pourtant au

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion