Actualité

Le solde redouté d’une élection

Nicolas Sarkozy est renvoyé en procès pour ses dépenses lors de la campagne 2012.
L’ancien président français WEF / Wikimedia Commons
France

«Ce matin, j’ai une pensée émue pour Nicolas Sarkozy et tous ceux qui vont être mis en cause par la justice dans les jours prochains.» Après avoir fait acte de contrition, lundi devant la presse internationale, François Fillon a fait acte de compassion hier devant les parlementaires des républicains. Une commisération contrastant avec les piques verbales adressées à son ex-rival lors la primaire de droite. >> (Re)lire notre édito: Escrocs

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion