Chroniques

Un toit, un choix, un droit

S’il venait à mon propriétaire la funeste idée de résilier mon bail, je risquerais de finir ma vie d’adulte comme je l’ai commencée, en 1961, errant comme une âme en peine à la recherche d’un appartement. Certes en quelque cinquante ans, la pénurie n’a pas été constamment à son plus haut niveau d’acuité. Mais aujourd’hui comme hier, je fais partie du peuple des locataires craintifs, de ceux qui hésitent à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion