Suisse

Sentinelles de la nuit

La ville de Zurich vote le 12 février prochain sur les médiateurs de l’espace public. Récit d’une patrouille aux heures glaciales.
Devant des toilettes publiques ARIANE GIGON
Prévention

«Hello, SIP Zurich, il y a quelqu’un?» La lampe de poche balaie l’interstice qui sépare le pont d’un talus. Un sac de couchage, des affaires éparpillées, mais personne. «La disposition a changé, quelqu’un est venu et reparti», explique Rebecca Fröhlicher. «Ces «trous à renards» sont connus des personnes qui dorment dehors, car ils abritent du vent et permettent aux occupants de voir, en étant un peu surélevés, si quelqu’un s’approche

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion