Actualité

La fraude qui embarrasse Marine Le Pen

Le Parlement européen prive la présidente du Front national, accusée de fraude, de la plupart de ses émoluments.
Marine Le Pen WIKIMEDIA COMMONS/CLAUDE TRUONG-NGOC
Bruxelles

Après le «Penelopegate» à Paris, voici le «Marinegate» à Bruxelles. Suspectée de fraude par le Parlement européen, dont elle est membre, Marine Le Pen, la présidente du Front national (FN) français, sera privée à partir de la mi-février de la moitié de son salaire d’eurodéputée et de ses indemnités journalières, ainsi que de 100% des «frais généraux» que l’Assemblée des Vingt-Huit lui verse mensuellement. Cette «retenue», de quelque 8000 euros par mois,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion