Genève

Mauvais départ pour la loi sur la mobilité

Des élus de gauche reprochent au Conseil d’Etat de ne pas appliquer le compromis sur la mobilité votée par le peuple en juin 2016.
Pour la gauche JPDS
Genève

Le ministre genevois des transports, Luc Barthassat, traîne-t-il des pieds pour mettre en œuvre la nouvelle loi sur la mobilité, issue d’un compromis au Grand Conseil et approuvée par les Genevois le 5 juin 2016? Le reproche est formulé par des élus de gauche qui estiment que les premiers signes donnés par le conseiller d’Etat sont négatifs. Les principes de cette réforme, qui consistent à limiter le trafic au centre-ville

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion