Scène

«Les aventures de Tchitchikov» ou la morne campagne

Au Théâtre du Grütli, à Genève, une adaptation de Gogol signée Polier laisse sur sa faim.
ISABELLE MEISTER
Théâtre

Le metteur en scène genevois Frédéric Polier nous avait gratifiés, il y a une année, d’un Conte d’hiver de Shakespeare plein de sève, lumineux et ténébreux (notre édition du 9 février 2016). Il nous revient cette saison avec Les Aventures de Tchitchikov ou Les Ames mortes, d’après Nikolaï Gogol, une occasion de se frotter à nouveau à «l’âme slave», comme il l’annonce à ses fidèles, qui n’oublient pas sa somptueuse

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion