Livres

«Le mentor voyait ce dont je n’avais pas conscience»

Deux anciens étudiants de l'Institut littéraire suisse évoquent ce que leur a apporté le mentorat littéraire, avant leur performance le Ring à Genève.
Une étudiante lors de la fête des 10 ans de l’Institut littéraire suisse Wiebke Zollmann
Littérature

Gaia Grandin et Arthur Brügger sont diplômés de bachelor de l’Institut littéraire suisse (ILS). La première a publié le recueil poétique Faoug (Cheyne, 2013), Prix de la Vocation, le second le roman L’œil de l’espadon (Zoé, 2015), prix Bibliomedia 2016. Tous deux font partie du collectif Hétérotrophes, qui réunit d’anciens étudiants de l’Institut. «C’est un rapport de confiance et de complicité qui m’a beaucoup aidé», raconte Arthur Brügger, qui a

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion