Solidarité

Obama stoppe l’incitation à l’exil

La libéralisation de la migration à Cuba amène les USA à supprimer le droit de résidence automatique.
Barack Obama et Raúl Castro en mars 2016. Chuck Kennedy / Wikimedia Commons
Cuba

Le dernier coup d’éclat de Barack Obama vis-à-vis de Cuba n’aura pas été le moins significatif. En mettant fin jeudi à l’octroi automatique d’un permis d’établissement aux Cubains arrivant aux Etats-Unis, le président sortant accède à une vieille revendication de La Havane, qui accusait Washington d’encourager ses ressortissants à l’exil. Une pratique instaurée sous Bill Clinton mais décriée à Cuba et même aux Etats-Unis car favorisant la «fuite des cerveaux».

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion