Cinéma

Un printemps intime

Romance existentielle, «Hedi, un vent de liberté», le premier film de Mohamed Ben Attia, sonde admirablement les dilemmes de la jeunesse tunisienne.
Hedi (Majd Mastoura) à l’heure du choix. L’acteur tunisien a été primé en février dernier au Festival de Berlin. XENIX FILMDISTRIBUTION
Cinéma

A 25 ans, Hedi est sur le point d’épouser la douce Khedija lorsqu’il a un coup de foudre pour Rim, plus mature et pétillante. Va-t-il céder aux sirènes de la passion, tout envoyer balader et s’enfuir avec elle? Sans l’indice des prénoms, on pourrait croire à l’argument d’une comédie romantique hollywoodienne pur sucre. Sauf que nous sommes à Kairouan cinq ans après le Printemps tunisien, contexte qui donne à ce dilemme

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion