Livres

L’art en héritage

Yannick Grannec signe une ambitieuse fresque familiale qui s’enracine dans l’effervescence du Bauhaus pour échouer sur un plateau TV
Ancienne graphiste Thierry Rateau
Interview

Elle a lâché les crayons pour prendre la plume, ce qui lui a plutôt réussi. Son premier roman, La Déesse des petites victoires (2013), retraçait la vie du mathématicien Kurt Gödel dans un équilibre déjà remarquable entre fidélité biographique et amplitude narrative. Graphiste d’origine bretonne devenue écrivaine par intérêt pour l’histoire artistique et scientifique du siècle passé, Yannick Grannec est de retour avec un roman magnifiquement ambitieux. Le bal mécanique

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion