Genève

Deux fois victimes

Migrants

N’avoir rien à se reprocher, mais changer de trottoir à la vue d’un uniforme. Serrer les dents, se taire quand on est volé ou violenté, de peur d’être dénoncé: ces récits parviennent souvent auprès des associations d’aide aux migrants. Hier, La Tribune de Genève a fait ressurgir le cas d’une Bolivienne âgée de 46 ans, menacée d’expulsion après avoir porté plainte pour une violente agression! Son avocat vient de déposer

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion