Actualité

Les ogres de la barbarie

Les massacres commis par les forces pro-Assad ne doivent pas masquer les crimes de la rébellion.
Le quartier de Karm al Jabal FLICKR/BASMA
Syrie

Les belligérants en Syrie montent chaque jour un peu plus haut sur l’échelle de l’horreur. Dans la catégorie «mise en scène de l’horreur», aucun d’entre eux n’arrive à la cheville du groupe Etat islamique (EI). De même, dans la catégorie «crimes de guerre», les troupes du régime et ses alliés russes, iraniens, libanais ou encore irakiens laissent loin derrière la concurrence. Les combattants des factions antigouvernementales ne sont pas des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion