Suisse

Foire d’empoigne entre villes suisses

La réforme de l’imposition des entreprises divise les municipalités. Les arguments traduisent un clivage gauche-droite.
«La Ville de Genève renoncerait à 50 millions. La classe moyenne paierait la facture» Jean-Patrick Di Silvestro
RIE III

Après les villes et les communes «pour», voici les villes et les communes «contre». En votation le 12 février, la troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) échauffe les esprits. Et divise les municipalités. Illustration. A 11 heures hier, le comité des cités prônant le «non» commence à présenter ses arguments aux médias. Quelques minutes plus tard, alors que la conférence de presse bat son plein, son homologue plaidant pour le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion