Genève

Les élus genevois entérinent l’espionnage préventif de la police

La gauche voulait imposer un cadre strict pour prévenir les dérives, sans succès.
Pierre Maudet a été suivi par la droite élargie. JPDS
Grand Conseil

Il aura fallu le vote de trois lois différentes, depuis 2013, pour permettre finalement à la police de procéder à des mesures d’observation secrètes avant qu’un délit ne soit commis. La législation actuelle est en effet caduque depuis un arrêt du Tribunal fédéral en 2014. Jeudi au Grand Conseil, Pierre Maudet, magistrat chargé de la Sécurité, souhaitait corriger le tir et redonner des moyens préventifs à la police. Il a

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion