BD

Noyau, au cœur du septième art

Son pinceau est une saillie, son art une drôle de subversion. Le dessinateur neuchâtelois illustre les films de Damien Odoul. Visite dans son atelier.
Déjà illustrateur pour la Lanterne magique ANITA AFFENTRANGER
Portrait

«Le cinéma auquel je crois/est du côté de l’idéalisme anarchisant/il n’est gouverné par personne/il crache sur l’inutile.» Personne mieux que Damien Odoul n’aurait pu décrire son art. Déjà faudrait-il avoir vu les films discrets et essentiels de ce cinéaste français, émancipé de tout mais habitué des festivals, qui le lui rendent bien. Ensuite les saisir à leur juste valeur – marges intransigeantes dont on ne ressort pas tout à fait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion