Solidarité

Le Burkina ne plante plus d’OGM

De passage à Genève, Aline Zongo, militante de la protection du patrimoine génétique africain, éclaire l'échec d'une expérience transgénique.
Pour Aline Zongo SUSANNE URE
Agriculture

Le Burkina Faso avait accepté en 2008 d’être le cobaye de la multinationale Monsanto en Afrique de l’Ouest. Dès l’année suivante, ce petit pays, l’un des principaux producteurs de coton du continent, a presque entièrement remplacé sa fibre textile traditionnelle par les OGM de la firme étasunienne. Six ans après, c’est la débandade. Les trois sociétés cotonnières du pays annoncent, fin 2015, l’abandon des semences transgéniques en raison de leurs

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion