Genève

Le dimanche, tu ne vendras point

 
Genève

La pression s’intensifie. Que ce soit en prônant l’ouverture dominicale des commerces ou des fermetures plus tardives durant le reste de la semaine, les milieux économiques et leurs relais parlementaires tentent toujours de libéraliser le secteur de la vente. Un jeu idéologique vieux comme Genève, en somme. S’ils y parviennent, les perdants sont déjà connus: les travailleurs des magasins, déjà peu protégés, qui devront sacrifier une partie de leur vie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion