Actualité

«Le FBI ne veut pas nuire aux Clinton»

Le patron de la police fédérale qui a réactivé une enquête a défendu sa carrière, selon Denis Lacorne, directeur de recherche à Sciences-Po, à Paris.
Pour Denis Lacorne FLICKR / CC / RICH GIRARD
États-Unis

Sur la voie royale qui lui semblait promise jusqu’à la Maison-Blanche, Hillary Clinton n’imaginait pas devoir éviter pareils nids de poule sur les derniers kilomètres. La faute au FBI, qui est venu parasiter les débats à une dizaine de jours de l’élection. Vendredi dernier, son directeur James Comey a annoncé la réouverture de l’enquête sur les emails de Hillary Clinton, à la lumière d’une autre enquête sulfureuse: des centaines d’e-mails

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion