Scène

Vertiges et animalités

Signé Jeroen Verbruggen pour le ballet du Grand Théâtre, le diptyque BaRock conjugue une danse néobaroque librement revisitée avec le surnaturel et le grotesque.
«Vena amoris» GTG / GREGORY BATARDON
Opéra des Nations

Le Ballet du Grand Théâtre de Genève propose le fascinant BaRock, un diptyque composé de «Iris» et «Vena Amoris», chorégraphié par le Flamand Jeroen Verbruggen. En ouverture, «Iris» dévoile un groupe de sept pèlerins en habits gothiques. Ils évoluent en virevoltes et roulades, dans une atmosphère nocturne fantastique près d’un lac (tombe ou matrice) à la brume changeante. Ils gravitent en marches et courses elliptiques mélancoliques, peu propices aux rencontres,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion