Cinéma

Maëlle Gross: frictions du réel

En quête d’identités, qu’elles soient existentielles ou de genre, la jeune vidéaste romande construit son œuvre à travers rencontres et échanges.
Pour son projet «Filira» CORINNE JACUIERY
Portraits de der

Comment soigner sa nostalgie? En posant cette question, Maëlle Gross ouvre une nouvelle réflexion sur la question de l’identité. Dans la chaleur de l’été grec à Athènes, où elle était en résidence, elle a renoué avec ses racines familiales. «Je vais vers l’autobiographie. Cela m’électrifie, mais c’est assez libérateur.» Rencontrée à Kypseli, le quartier le plus pauvre de la ville, elle irradie d’énergie, louvoyant avec grâce entre les étals des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion