Genève

Les «fraudeurs» à l’aide sociale priés de se dénoncer pour éviter l’expulsion

Avec l’entrée en vigueur de la loi sur l’expulsion des criminels étrangers et de nouvelles dispositions sur la fraude à l’aide sociale, tricher peut valoir un renvoi.
«Il ne s’agit pas d’une amnistie» JPDS
Genève

Depuis le 1er octobre, la fraude aux prestations sociales est systématiquement poursuivie pénalement en Suisse. Pour les étrangers, ce changement législatif, couplé à l’entrée en vigueur de l’article sur l’expulsion des étrangers condamnés, peut signifier l’expulsion pure et simple de la Suisse. Afin d’éviter des situations qui pourraient s’avérer dramatiques, le Département genevois de l’emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS) laisse jusqu’à la fin de l’année la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion