Médias

Négociations chez Tamedia

L’éditeur et les sociétés du personnel de 24 heures et de la Tribune de Genève ont adopté un protocole fixant le cadre des négociations. Les soutiens publics aux employés se multiplient.
Licenciements

Tamedia refuse de considérer la suppression de 31 postes à 24 heures et à la Tribune de Genève comme un licenciement collectif. Cependant, l’éditeur et les sociétés du personnel ont adopté un protocole fixant le cadre de négociations. Elles devraient durer au moins jusqu’au 14 octobre, communiquent les sociétés du personnel. La rédaction de 24 heures devrait être touchée par 19 suppressions de postes, dont 16 licenciements. Son homologue genevoise devrait perdre 12 postes (8 licenciements). Après quatre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion