Actualité

Greenpeace au front contre TiSA

L’organisation écologiste dévoile de nouvelles fuites sur l’accord international sur les services TiSA, qui restreindrait la possibilité pour les Etats de protéger l’environnement  
Greenpeace s'est mobilisé hier devant la Mission des Etats-Unis auprès de l’ONU à Genève pour dénoncer à nouveau l’accord international sur les services TiSA. Greenpeace / Ex-Press / Miriam Künzli
Services publics

«Ne vendez pas notre planète», pouvait-on lire hier en anglais sur une banderole déployée par Greenpeace devant la Mission des Etats-Unis auprès de l’ONU à Genève. C’est là que se déroule cette semaine la vingtième session des négociations ultrasecrètes de l’accord international sur les services TiSA, qui réunit une cinquantaine de pays dans le monde, dont la Suisse. L’occasion aussi pour l’organisation écologiste de dévoiler quelques nouvelles «fuites» sur le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion