Suisse

Les patrons tricheurs seront sanctionnés plus durement

30’000 francs d’amende et une interdiction de proposer leurs services en Suisse pour un à cinq ans. Le National a soutenu jeudi le cumul des sanctions.
Marché du travail

Les patrons qui pratiquent la sous-enchère salariale risqueront jusqu’à 30’000 francs d’amende et de se voir interdire de proposer leurs services en Suisse pour un à cinq ans. Le National a soutenu jeudi le cumul des sanctions et mis ainsi un point final à la réforme. La révision vise les employeurs étrangers qui détachent des travailleurs en Suisse sans respecter les conditions de salaire et de travail, mais aussi les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion