Actualité

La bombe politique Alstom

La fermeture du site d’Alstom à Belfort tourne au psychodrame en pleine campagne.
Eldelinux
France

Lorsqu’elle a annoncé, le 7 septembre dernier, sa décision de transférer la production de locomotives d’Alstom, de Belfort vers Reichshoffen, en Alsace, sans doute la direction de l’entreprise française de transport, n’imaginait-elle pas l’intensité des réactions qu’elle allait susciter. Les uns après les autres, les principaux responsables politiques du pays, qui sont parfois également candidats à la présidentielle, se sont positionnés sur le sujet. À commencer par l’ancien président Nicolas Sarkozy,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion