Édito

Intérêts bien compris

Fiscalité

«Intérêts notionnels», ça ne veut rien dire. Mais «intérêts fictifs» aurait laissé entrevoir l’escroquerie. Et «intérêts de classe» dévoilé le pot-aux-roses! Le mécanisme, méconnu même des fiscalistes, doit pourtant entrer dans le droit suisse avec la troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III). Pour autant que le peuple suive ses dirigeants en février 2017, puisque le référendum de la gauche semblait hier sur le point d’aboutir. De quoi s’agit-il concrètement?

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion