Genève

Les effets pervers de «l’optimisation» dénoncés

Des parents d’enfants pris en charge par l’Office médico-pédagogique et les conductrices transportant ces derniers dénoncent l’impact des coupes.
À l’OMP PIXABAY/CC
Genève

Jessica est mère de deux enfants dont l’une, âgée de 9 ans, souffre d’hyperactivité entraînant une incapacité à suivre le cursus scolaire «normal». La fillette fréquente depuis trois ans un centre de jour de l’Office médico-pédagogique (OMP). Le transport est mis à disposition. Deux jours avant la rentrée des classes, Jessica a appris que le minibus transportant sa fille contiendrait désormais le double d’élèves: ils sont désormais six par véhicule, tous

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion