Genève

La police a arrêté la fratrie Musa

Mardi matin, la police a interpellé trois réfugiés kurdes de Syrie devant l’Office de la population. Craignant cette issue, cent personnes les avaient pourtant accompagnés en soutien.    
Le groupe de soutien s’est rendu sous les fenêtres du Département de la sécurité et de l’économie pour dénoncer l'arrestation de la fraterie Musa. Eric Roset
Asile

Stupeur ce mardi matin devant l’Office cantonal de la population et des migrations (OCPM) où la police a procédé à l’arrestation de la fratrie Musa en vue de son expulsion en Croatie. Près d’une centaine de personnes avaient pourtant répondu présent à l’appel de Solidarité Tattes pour soutenir les trois jeunes Kurdes syriens, convoqués à l’OCPM. Ils craignaient en effet que la police n’en profite pour les arrêter. Pour rappel,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion