Arts plastiques

C’est dans l’air!

Certains aspects de l’art sont invisibles pour les yeux, mais pas pour le nez: de nombreux plasticiens incluent désormais une dimension olfactive à leurs œuvres. Et parfois, ça pue.
Ernesto Neto MUSEE TINGUELY / PHOTO: PETER SCHNETZ
Art contemporain

L’art, c’est aussi une question de flair. Au propre: régulièrement, les expositions se visitent les narines grandes ouvertes, pour ne pas rater les dimensions olfactives de certaines pièces, de plus en plus courantes dans les musées, Kunsthalle ou biennales. Et comme l’art n’a plus forcément besoin d’être beau, depuis le début du XXe  siècle, ces créations ne sont pas non plus tenues de sentir bon – c’est ce que rappelle avec

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion