Autre

Les candidats marginaux résistent

Face à un électorat désenchanté, les «tiers-partis» sont résolus à jouer un rôle avant la présidentielle
Présidentielle étasunienne

A la suite des conventions nationales, républicaine et démocrate, l’électorat américain paraît plus désenchanté que jamais. Malgré les discours triomphants et rassembleurs, Donald Trump et Hillary Clinton ont tous deux subi les foudres de militants récusant encore et toujours leur investiture. Ce climat de défiance à l’égard des candidats des deux grandes formations peut-il profiter aux tiers-partis cet automne? Gary Johnson, porte-étendard des libertariens, et Jill Stein, championne des écologistes,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion