Actualité

A Diyarbakir, «c’est notre identité qu’on veut anéantir!»

La répression turque dans les villes kurdes pèse sur tous les aspects de la vie quotidienne
«Lors des combats Anne-Lise Hilty
Turquie

Avec ses jardins d’Hevsel bordant le Tigre au pied de ses murailles, Diyarbakir a été classée en été 2015 au patrimoine mondial de l’Unesco. Elle est la plus grande ville du sud-est de la région du Kurdistan turc. Située sur la route de la soie, la cité est depuis des millénaires, et jusqu’à nos jours, un creuset multiculturel. Des barricades et du béton A la porte Dag Kapi, des policiers

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion