Vaud

Vaud abat ses cartes

Les cartes professionnelles sont testées sur les chantiers vaudois pour lutter contre le travail au noir.
Un inspecteur controle le badge d'un ouvrier. Aldo Ellena/La Liberté
Construction

«A mon avis, c’est un cas de double emploi. Il travaille le matin sur le chantier et l’après-midi pour son vrai employeur.» L’inspecteur du marché du travail vaudois a eu du flair en ce début de matinée de juillet sur un chantier lausannois, au bord du lac. Le cas de l’ouvrier d’une entreprise sous-traitante qu’il vient d’accoster sent l’infraction à plein nez. Parmi la vingtaine d’ouvriers au travail, le quinquagénaire

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion