Scène

Le clown Dimitri, mort de rire

Pour une fois, il n’est pas drôle. Le clown tessinois s’est éteint mardi soir à la suite d’un malaise.
Carnet noir

Il avait tout appris, mais savait se taire mieux que personne. Et son silence était une joie. Mardi soir, c’est sûrement de rire que Dimitri est mort, alors que tous les poètes, rêveurs et saltimbanques pleurent la disparition à 80 ans de ce grand clown, de cet immense mime. Son sourire de commedia dell’arte, prêt à toiser le monde dans toute sa largeur, restera l’un des plus expressifs et sincères

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion