Vaud

Recadrage policier pour le nouveau PLC

Un libéral-conservateur aurait dû éviter d’exhiber sa plaque de policier sur Facebook. Il s'est fait reprendre par sa hiérarchie.
Lausanne

A peine né, le Parti libéral-conservateur (PLC) connaît un couac d’image. Et c’est le policier lausannois Nicola Di Giulio, un de ses piliers, qui en est à l’origine: le nouvel élu au Conseil communal de Lausanne s’est montré sur la page Facebook du PLC avec sa plaque de policier autour du cou. Sa hiérarchie n’a pas apprécié ce mélange des genres. L’homme fait partie de la poignée d’ex-membres de l’UDC

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion