Suisse

Les frontaliers ont toujours la cote

Ils gagnent moins que les résidents. Mais, à en croire Berne, il n’y a pas d’abus généralisés.
Wikimedia
Libre circulation

Les entreprises suisses continuent à aimer les frontaliers. Malgré la conjoncture déclinante, minée par le franc fort, le volume de ces travailleurs a crû de près de 11 000 personnes entre les premiers trimestres 2015 et 2016. Une progression qui ne manque pas d’interpeller: en parallèle, l’immigration nette venue de l’UE et de l’AELE refluait de 4800 individus entre janvier et mai de cette année. Autres constats: les revenus des

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion