Actualité

«Le risque d’une autre dissolution»

Après les législatives anticipées, quelle future coalition pour un pays plus divisé que jamais?
«Le Parti populaire de Mariano Rajoy est apparu comme le seul élément stable dans un combat politique où ses adversaires manquaient de clarté et de cohérence.» Creative Commons
Espagne

Renforcé par sa victoire aux législatives, le chef du gouvernement espagnol sortant, le conservateur Mariano Rajoy, a annoncé hier des négociations avec les autres partis pour débloquer la paralysie politique de l’Espagne. Dimanche, son Parti populaire (PP) a progressé en obtenant 137 sièges de députés sur 350, soit 14 de plus que lors du dernier scrutin de décembre, mais reste sans majorité absolue. Ses trois principaux adversaires ont, au contraire,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion